fbpx

Témoignage

Tour du monde en Astréa 42 – Les navigateurs de l’Orinoco Too

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-Hero-2
Orinocotoo-World-Tour-Maps

L’odyssée de Viviane et Luc

Récit des propriétaires d’un Astréa 42 – Orinoco Too

La route fut longue entre l’Afrique et l’Alaska ; des randonnées à sac à dos au Burundi aux expéditions en haute mer. Mais tel est le chemin parcouru par Luc et Viviane Bulterys, un couple de voyageurs endurcis qui ont trouvé leur raison d’être grâce au catamaran Astréa 42 signé Fountaine Pajot. Sam Fortescue  les a rencontrés via Starlink dans la mer de Cortez.

« Les contrastes, les couleurs, la facilité de mouillage et la disponibilité des mexicains », dit Viviane à propos de leurs récentes explorations. « Si vous aimez le désert, le ciel, le coucher de soleil, la plage et la nourriture, vous vous retrouverez en quelque sorte plongé dans un film. Ou bien peut-être dans un roman d’Hemingway. Il y a tellement d’endroits où l’on est seul, parce que les Américains se cantonnent aux endroits les plus populaires. Ici, la côte est vraiment magnifique !

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42
Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-2

Un premier voyage à bord d’un monocoque

Luc et Viviane entament leur quatrième année de vie en mer, mais leur histoire a commencé il y a bien longtemps. Ils ont possédé un monocoque de 49 pieds de 2011 à 2018, à bord duquel ils ont d’abord exploré la côte de la Manche à l’ouest de leur domicile en Belgique, puis le golfe de Gascogne et enfin le Maroc au sud. En 2016, ils ont décidé qu’il était grand temps de tenter la vie de croisiériste en prenant une année sabbatique.

“Nous avons navigué jusqu’au Sénégal, puis traversé l’Atlantique jusqu’à Fernando de Noronha”, raconte Viviane. “C’est une île géniale ! La traversée de l’océan a été l’une des plus belles expériences, mais le bateau bougeait et tanguait comme un métronome, si bien que j’ai eu le mal de mer.”

Après le Brésil, ils ont navigué vers le nord-ouest jusqu’à la Guyane française, où ils ont osé remonter le plus loin possible la rivière Cayenne, qui a donné son nom au piment. “C’était une véritable aventure”, déclare Luc. “Il y a beaucoup de rochers dans la rivière et nous avions une quille profonde. Mais nous avons réussi, et quand nous sommes arrivés, on nous a dit que nous n’étions que le deuxième bateau à arriver. Nous avons rencontré le premier bateau, et c’était un Allemand fou. Il nous a dit qu’il était resté coincé dans les rochers avec ce bateau et que les pêcheurs ont dû le tirer de là.

La même histoire s’était produite lors de l’exploration du fleuve Saloum au Sénégal, sauf que là, ce sont des bancs de sable plutôt que des rochers qui jonchaient le lit du fleuve. Ce problème de tirant d’eau a fait germer une graine qui a commencé à fleurir après une invitation fortuite à bord d’un catamaran de la part d’autres croisiéristes brésiliens. “La quille profonde nous empêchait d’explorer les rivières, sans parler du mal de mer. Nous avons alors décidé que nous souhaiterions absolument vivre une vie de croisiériste une fois à la retraite, mais sur un catamaran, et de préférence un Fountaine Pajot”, ajoute Luc.

L’aventure sur leur Astréa

“Une fois de retour en Belgique nous avons décidé de vendre notre monocoque et de commander un Hélia 44. Quelques mois plus tard, Fountaine Pajot lança l’Astréa 42 et nous avons adoré son design. Nous avons vu toutes les bonnes critiques donc nous avons demandé à Fountaine Pajot si nous pouvions encore changer de bateau et prendre un Astréa 42 à la place et ils ont été d’accord. Nous adorions le design épuré de Fountaine Pajot contrairement à la plupart des autres marques de catamarans. Nous avons tellement d’avantages, beaucoup plus de confort. Nous vivons sur notre bateau c’est donc le point le plus important.”

Pendant que Viviane effectuait un contrat de courte durée au Brésil, Luc a entrepris d’orchestrer une série d’améliorations et de personnalisations du bateau en faisant appel à des spécialistes du service après-vente situés à proximité du chantier naval de La Rochelle. “Nous avons supprimé tout le GPL à bord – tout devait être électrique”, explique-t-il. “Ensuite, nous avons remplacé les batteries par des batteries lithium-ion. Nous n’avons pas commandé de générateur, mais nous avons installé un système d’alternateur intégré au bateau.

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-5jpg
Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-4

Le premier challenge

Le voyage inaugural d’Orinoco Too à travers le golfe de Gascogne a été une révélation pour Luc, qui l’a entrepris seul – en novembre. “Je me suis retrouvé seul dans 55 nœuds de vent, alors que je n’avais jamais navigué sur un catamaran”, se souvient-il avec un trémolo dans la voix. “Arrivé à Lisbonne au bout de trois semaines, j’ai réalisé que le point faible était moi, pas le bateau – le bateau allait bien !

Ces craintes sont désormais oubliées depuis longtemps, et 22 000 milles nautiques ont été parcourus. Le couple s’est baladé dans les Caraïbes pendant la pandémie, abandonnant un projet de traversée du Panama pour rejoindre la Polynésie française en 2020. Là encore, ils ont trouvé une lueur d’espoir. “Nous avons complètement laissé tomber le programme et ce fut très amusant”, déclare Viviane avec enthousiasme. “Cela nous a permis de découvrir les meilleurs endroits que nous avons visités. Bonaire, par exemple. Nous n’avions pas l’intention d’y aller, mais nous avons passé cinq mois à faire de la plongée et du kitesurf en attendant que le Covid et la saison des ouragans passent.”

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-6

L’arrivée dans le Pacifique

Ils ont ensuite traversé le Panama, mais là encore, le plan a dû être adapté. La Polynésie française était encore fermée et un mariage familial était prévu pour l’été à Seattle. Dans leur nouvel esprit d’improvisation, ils ont mis le cap sur Hawaï dans le cadre d’une épingle à cheveux continentale pour suivre les vents jusqu’à la frontière canadienne. Hawaï a été spectaculaire, mais a demandé beaucoup d’efforts, selon le couple. À Hawaï, vous êtes littéralement considéré comme un “étranger de passage” et il y a peu de places dans les ports de plaisance”, explique Viviane. “Les îles étaient magnifiques, mais c’était un vrai casse-tête. »

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-Hawaii
Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-Hawaii-2

“Nous avons décidé de visiter l’Alaska et, pour nous, c’est la meilleure expérience que nous ayons vécue jusqu’à présent”

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-British-Columbia-3

La beauté de l’Amérique du Nord

Ils ont risqué de se faire malmener en revenant au vent vers Seattle, mais ils ont gardé une trajectoire sûre grâce aux conseils de Chris Parker en Floride. Ils sont tombés en panne de carburant en vue de la côte et ont dû utiliser l’annexe pour remorquer Orinoco Too sur les derniers milles. Mais quel plaisir en perspective ! “La Colombie-Britannique est un point culminant”, déclare Viviane. “C’est un lieu de croisière que nous, Européens, ne connaissons pas. Ensuite, nous avons décidé de visiter l’Alaska et, pour nous, c’est la meilleure expérience que nous ayons vécue jusqu’à présent. Découvrir la baie des Glaciers avec son propre bateau est un rêve devenu réalité. C’est immense et les glaciers se jettent directement dans la baie. Les animaux étaient étonnants ! Nous avons entendu des bruits de craquement avant de voir un grizzly plonger pour attraper des palourdes et les ouvrir. Nous avons vu un pygargue à tête blanche voleter sur le côté du rivage avant de remarquer qu’il traînait un phoque sur le rivage. Il y a des loutres de mer partout – nous avions l’impression d’être David Attenborough !”

L’ambiance en Alaska est plus détendue qu’en Colombie-Britannique, où les restrictions sur la pêche et le débarquement sont plus nombreuses. Mais les deux zones de croisière offrent de longues étendues protégées le long d’un chenal intérieur, et il est facile de trouver un endroit tranquille pour la nuit.

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-British-Columbia-5
Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-British-Columbia-4
Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-Hero-2

De retour au Mexique

De retour au Mexique après avoir parcouru la côte ouest de l’Amérique, le couple se prépare enfin à réaliser son rêve en Polynésie Française. Ils sont à Puerto Escondido pour les derniers préparatifs de la traversée de 3 000 milles nautiques vers Nuka Hiva. Le chocolat belge est en tête de liste des friandises, mais ils ont bien plus de choix sur l’Astréa qu’ils n’en avaient sur le monocoque.

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-Mexico-Sail

L’aventure continue…

Orinocotoo-World-Tour-Astréa42-Sail

En plus de la remise en état, le couple a profité de son séjour à terre pour peaufiner certaines lignes de contrôle du catamaran. Au spinnaker asymétrique existant et à l’énorme Parasailor (qu’ils appellent le Jurassic Butterfly et dont ils redoutent un peu la puissance), ils ont ajouté un Code Zéro. Grâce à l’ajout d’un certain nombre de blocs et de bloqueurs, toutes les lignes de ces voiles reviennent désormais dans le cockpit. “Luc a acheté une machette ici à Ensenada”, raconte Viviane en riant. “Je pensais que c’était pour couper des noix de coco, mais c’était en fait pour décoller la tête de mât afin d’installer les poulies !

Pour la première fois, Orinoco Too sera accompagné d’un monocoque de 60 pieds pour la longue traversée. La vitesse moyenne élevée de l’Astréa 42 (plus de 6 nœuds) signifie qu’ils ne resteront probablement pas longtemps en contact visuel, mais c’est tout de même un confort. “Nous attendons maintenant une fenêtre météo”, explique Viviane. “Nous aimons partir à la pleine lune, cela facilite le départ”.

-Luc et Viviane ont retranscrit leurs voyages en images, ce qui leur a valu de remporter la catégorie “Liberté et aventure” du célèbre jeu-concours annuel organisé par Fountaine-Pajot. Pour en savoir plus, rendez-vous sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MyBoatAndI2023 et sur le site web de Luc et Viviane : orinocotoo.com.