Martin, 22 ans et étudiant en 3ème année à l’école de la Marine Marchande, futur Officier 1ère classe, a eu le plaisir de naviguer cet été sur le tout nouveau Saba 50 en Méditerranée avec une équipe de choc : 6 amis, tous membres de l’équipe de France de Voile : impressions !

Nous avons pris le bateau à Benalmadena dans le sud de l’Espagne où un premier équipage l’avait amené de La Rochelle et nous étions chargés de le convoyer jusqu’à Hyères pour sa tournée Méditerranéenne aux Salons de Cannes, Gênes et Barcelone. Dans le même temps, une deuxième unité du Saba 50 traversait l’Atlantique pour rejoindre le salon d’Annapolis.
C’est en approchant des Baléares que nous avons eu les meilleures conditions pour découvrir le potentiel du bateau : 7 à 8 nœuds sur l’eau pour 12 nœuds de vent, c’est une bonne vitesse de croisière. Plus tard des orages assez violents, jusqu’à 40 nœuds dans les rafales avec 3 mètres de creux, nous ont permis de pousser le Saba 50 dans ses retranchements. Un surf enregistré à 14 nœuds sous GV à deux ris et génois réduit d’un tiers nous a définitivement convaincus, le bateau reste facile, sûr et maniable en toutes circonstances.
Pour les périodes sans vent, inévitables à cette saison, nous avons apprécié les deux Volvo 75CV qui nous ont permis de progresser à 7,5 nœuds en tournant à 1800 t/mn. Nous avons aussi été séduits par la facilité de circulation à bord et le confort en navigation, de nuit les quarts se passaient entre le poste de barre et la table à cartes, de jour le lounge deck comme le cockpit étaient rarement déserts. Très agréable aussi l’autosuffisance du bateau en énergie en navigation sous voiles ou au mouillage : les 3 panneaux solaires ont toujours été suffisants pour notre consommation d’électricité pilote automatique compris. Le concept d’Ecocruising avec sources d’énergies renouvelables et économies de consommation sur tous les équipements est vraiment intéressant.

Manon, équipière, a particulièrement apprécié cette navigation :

J’avais déjà fait des croisières en catamaran mais jamais de convoyage. On a passé notre vie dehors, le seul moment ou l’on rentrait c’était pour faire la cuisine ou pour dormir. Je crois que le lounge deck était notre endroit préféré ! Pour nous tous, ce fut un convoyage vraiment exceptionnel.

fountaine-pajot-temoignage-martin-saba-50-photo1
fountaine-pajot-temoignage-martin-saba-50-photo3
fountaine-pajot-temoignage-martin-saba-50-photo2
fountaine-pajot-temoignage-martin-saba-50-photo4